AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet    Partagez|

Jessie + The ghost you look like.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Caste trois
avatar



- EMPLOI : Professeur de lettres/journalisme.
- ETUDES : Lettres
- LOGEMENT : District 3
- NEED TO KNOW : Vient du district 4, est monté en grade grâce à un diplôme.
A choisi de ne pas se coupler.
Accumule les histoires d'un soir avec toute sorte d'homme.
Sa mère est en prison pour s'être tournée contre l'agence.
Est en froid avec son père, et aussi un peu avec sa soeur.
- ADJ : 23
- COMPTES : Zachary Hansen
- DISPO RP : 3/7
- © : Junkiie777
- TES CREDITS : 93
- MESSAGES : 68
- DATE D'INSCRIPTION : 24/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur http://nochoices.forumactif.com/t268-marvin-free-mind-free-body http://nochoices.forumactif.com/t301-marvin-32-ans-professeur-de-lettres-journalisme-celibataire-qui-refuse-de-se-coupler http://nochoices.forumactif.com/t303-banque-electronique-de-marvin-harper
MessageSujet: Jessie + The ghost you look like.   Mar 2 Oct - 20:32

En retard, comme si souvent. Tu t'étais fait à ce train de vie. Tes élèves aussi. Ils savaient que tu n'étais pas absent. Non, ça ne t'arrivait jamais. Tu aimais te faire remarquer, mais pas par ton absence. En revanche, les retards, c'était une habitude à laquelle ils avaient très vite dû se plier. Et même au sein de la faculté, bien que ce n'était pas forcément toléré, ils avaient appris à faire avec. T'avais essayé de faire un effort, plusieurs fois. Mais c'était pas ton truc, la ponctualité. Et encore moins si c'était pour plaire à une société dirigée par l'Agence. Non, tant mieux si tu passais ton temps en retard. Si ça pouvait emmerder, t'étais preneur.
La seule chance que t'avais dans ce comportement, c'était que tes élèves ne semblaient pas t'en vouloir. Pendant le temps que tu faisais ton cours, partant dans tous les sens, intégrant la philosophie et Freud à ton cours, avec son complexe d'Oedipe, beaucoup repris dans de nombreux livres, dont une grande partie que tu leur faisais étudier, et surtout l'importance de l'inconscient. Comme cet auteur, VanderMeer, qui avait rêvé de l'histoire qu'il racontait dans un de ses bouquins. Histoire qui finalement, d'après certaines rumeurs, était réellement arrivée, mais de façon moins métaphorique. Comme si c’était possible.. Les rêves avaient une importance primordiale dans la littérature, et c'était ce que tu souhaitais leur faire comprendre. Que beaucoup d'idéaux étaient placés en quelques mots, et que si on n'arrive pas à lire entre les lignes, on finit par passer à côté. Mais qu'en était-il de toi ? De ton obstination à ne pas voir ce qui est évident, entre les lignes de ta vie ? L'hypocrisie qui te frappait à ce moment, c'était de leur demander d'arriver à lire entre les lignes quand ces lignes, toi, tu ne savais pas les déchiffrer. Mais, jusqu'à remarquer un visage, son visage au fond de ta classe, tu n’arrivais même pas à réaliser que ce que tu disais n’était que vent et fumée, comme pour apprendre à regarder dans un bocal que tu avais vidé auparavant avant de leur demander d’y trouver la perle rare, l’inspiration. Inspiration qui se serait envolée, évidemment.Un nouveau coup d’oeil, et tu réalisais que ce n’était qu’illusion de ta part. Comme si ton inconscient tendait à essayer de te parler. A te faire voir James partout. Tu reprenais ton cours, en décidant de te tourner pour écrire quelque chose au tableau, puis, quand tu finissais, tu te tournais, en essayant de ne pas relever les yeux. C’était pas dans ton bouquin que t’allais risquer de revoir le visage de James. Pourquoi fallait-il qu’il essaie de te hanter, lui ? Tu l’avais déjà revu une fois, n’était-ce pas suffisant ? Tu ne tenais pas vraiment à le voir sans arrêter. Le hasard pouvait se reproduire une fois, au delà, à tes yeux, ce n’était plus du hasard, mais forcer le destin.
Comme sauvé par la cloche de la faculté, tu reprenais ta respiration. Tu n’avais pas passé trop de temps le nez dans ton livre, donc à être ce genre de professeur agaçant, qui faisait tout noter à la main, limite à dicter. Et finalement, t’allais pouvoir aller te prendre un bon café, pour te remettre les idées en place. Tu souriais en disant au revoir à tes élèves. « Merci, bonne journée à vous aussi Coralie. A la semaine prochaine Benjamin. » Jusqu’à arriver à cette tête brune, que tu avais déjà vue plusieurs fois dans ton cours, sans savoir son nom. Il n’était pas sur la liste de tes élèves, mais et après ? Il pouvait très bien venir. La porte restait ouverte même à d’autres élèves. Sa chevelure, c’était peut-être ça, qui t’avait fait penser à James plus tôt. Tu n’avais pas fait attention où le jeune garçon était installé. Mais ils avaient les mêmes cheveux, presque. Tu te claquais mentalement pour revenir à la réalité de ce bas monde. « J’espère que le cours vous a plu, cette semaine, Monsieur…? » disais-tu, lui parlant directement pour la première fois depuis toutes ses visites.
Revenir en haut Aller en bas
Caste un
avatar



- EMPLOI : Encore étudiant en médecine
- ETUDES : Médecine Psychiatrique
- LOGEMENT : Appartement étudiant
- ADJ : 26
- © : Kiwi.
- TES CREDITS : 162
- MESSAGES : 104
- DATE D'INSCRIPTION : 09/09/2018
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Jessie + The ghost you look like.   Jeu 4 Oct - 11:02

Il demeurait un avantage à être un encore externe, j’allais encore à la fac et je pouvais donc sécher des cours qui ne me servirait jamais si je devais finir dans un bureau à écouter des gens en sachant pertinemment que l’Agence ne voudrait qu’une chose, les droguer. Je filais donc comme à mon habitude dans un autre amphi, bien plus intéressant à mes yeux, juste au cas ou il y aurait quelque chose de sympa à écouter et ce fut le cas. Je préférais mille fois l’écouter lui parler de philosophie et ce même si ce n’était pas son domaine que d’aller étudier je ne sais quoi sur le corps humain. Ici il y avait une réelle nourriture de l’âme. Un réel apprentissage, une confrontation visant à faire grandir l’esprit, pas à le confiner dans des boites. Aujourd’hui, à la différence des autres fois ou j’étais venu, il m’avait remarqué, et je ne sais pas si c’était l’idée de voir un visage inconnu ou le simple fait que voir quelqu’un ici qu’il n’attendait pas, mais quelque chose changea dans son cours. Je n’aurais pas du être là, j’en avais conscience, mais pouvait-on me reprocher d’aimer la littérature et la philosophie, surtout la philosophie en fait ? Oui l’on pourrait me le reprocher et c’était bien là tout le problème. L’on n’était plus libre de rien dans ce monde, l’on était plus que du bétail cloisonné dans une seule et unique mission. Et je n’en avais pas envie. Je devais voir les choses autrement, je devais continuer à suivre des cours stimulant mon esprit. Je ne devais pas m’enterrer dans ce que l’on voulait de moi.

Lorsque le cours prit fin, j’avais cherché à fuir assez rapidement les lieux, mais ce ne fut sans doute pas assez de chercher à faire quelque chose. Il était à mon niveau, me parlant pour la première fois en cherchant à savoir si son cours m’avait plus avant de chercher à savoir qui j’étais. Ça serait con, mais une fois qu’il connaitrait mon nom, il pourrait à tout moment le dire et je n’avais aucune idée de ce qui pourrait m’attendre si l’on venait à apprendre que je séchais des cours de médecine pour lire des bouquins en quelque sorte. L’envie de fuir se fit grande, l’idée de mentir aussi, mais finalement, ce fut la vérité qui perça la barrière de mes lèvres, « Garisson. Jessie Garisson. », tendant la main de façon stupide et inutile, je restais comme ça un moment avant de finalement répondre à la vrai question, enfin vrai, à la question. « Et oui très, c’est toujours intéressant d’entendre le point de vu d’un professeur et les axes de travail. », surtout quand en générale ou le faisait seul avec sa propre vision parfois corrompu du monde. Cela ne voulait pas dire qu’il était parfaitement subjectif, après tout pour être prof il fallait être un minimum en accord avec l’Agence non ?

« Même si je déplore peut-être que vous ne traitiez pas d’oeuvre un peu plus… Audacieuse ? », d’oeuvre allant à l’encontre de l’Agence peut-être, mais je me doutais bien qu’il n’avait pas le droit de traiter ce qu’il voulait et que très clairement, il devait répondre aux attentes des autres et non aux siennes. En admettant qu’il est des attentes. Car je pouvais aussi être face à quelqu’un qui allait chercher à me mettre dehors pour avoir osé dire ça et surtout pour l’avoir pensé.

_________________
Everything is  okay
This innocence is brilliant, I hope that it will stay, this moment is perfect, please don't go away, I need you now

Revenir en haut Aller en bas
Caste trois
avatar



- EMPLOI : Professeur de lettres/journalisme.
- ETUDES : Lettres
- LOGEMENT : District 3
- NEED TO KNOW : Vient du district 4, est monté en grade grâce à un diplôme.
A choisi de ne pas se coupler.
Accumule les histoires d'un soir avec toute sorte d'homme.
Sa mère est en prison pour s'être tournée contre l'agence.
Est en froid avec son père, et aussi un peu avec sa soeur.
- ADJ : 23
- COMPTES : Zachary Hansen
- DISPO RP : 3/7
- © : Junkiie777
- TES CREDITS : 93
- MESSAGES : 68
- DATE D'INSCRIPTION : 24/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur http://nochoices.forumactif.com/t268-marvin-free-mind-free-body http://nochoices.forumactif.com/t301-marvin-32-ans-professeur-de-lettres-journalisme-celibataire-qui-refuse-de-se-coupler http://nochoices.forumactif.com/t303-banque-electronique-de-marvin-harper
MessageSujet: Re: Jessie + The ghost you look like.   Dim 14 Oct - 19:21

Etre prof, c'était certainement l'une des meilleures choses de ta vie. La seule pour laquelle t'étais enclin à remercier l'Agence. Pourtant, dans le fond, toi, tu n'y voyais qu'une machination pour t'empêcher de te rebeller, un moyen de te contrôler par les cours que tu donnais. Bien sûr, les seuls à les entendre étaient tes élèves, mais comment ne pas douter de leurs réactions si tu t'aventurais sur un chemin trop éloigné de ton programme. Alors, parfois, t'essayais de le faire comprendre subtilement dans ce que tu disais. Mais pas toujours, histoire de ne pas risquer de mettre la puce à l'oreille. Sauf que ton boulot, c'était pas le moyen que tu utilisais pour faire comprendre ton déni des idéologies et valeurs de ce système. Enseigner, c'était plutôt le synonyme de transmettre quelque chose d'important aux étudiants. Ta passion, surtout, avant des quelconques usages ou idées auxquels tu ne croyais pas.
C'était toujours plaisant de voir que ta passion se transmettait, même en ayant des élèves qui n'auraient pas du être là. Comme le prénommé Jessie. « Enchanté, Monsieur Garisson. » Si son nom et son prénom ne te disaient rien, tu ne pouvais t'empêcher d'avoir cette sensation de le connaître, mais sans arriver pourtant à mettre le doigt dessus. C'était une façon de parler, d'utiliser les mots. Puis aussi quelque chose sur son apparence physique. Mais ça ne venait pas. Pour ne pas paraître totalement impoli, tu lui serrais la main. « Et pour un professeur, d'avoir des retours des élèves, c'est aussi toujours très agréable. Même si parfois, ils ne sont visibles que par leur présence.. inattendue, disons. » Tu ne pouvais pas t'empêcher de sourire. T'avais cru comprendre là où il voulait en venir, avec le fait d'aborder des sujets plus audacieux, ou en tout cas, d'y mettre la forme. Toi, t'aurais aimé pouvoir le faire. Mais il n'y avait qu'avec certains élèves, pendant des cours informels, ou en sorte de métaphore filée de ton idée. Parce qu'il fallait tout lire. Et si certains auteurs contre l'Agence avaient été publiés, c'était pas par bêtise de ce système. Ils avaient un but, celui de démolir leurs idées. Ou alors, c'était tellement bien écrit qu'il fallait être capable de lire entre les lignes, ce que pas tout le monde ne pouvait faire, bien heureusement. « Ah, ça... » commençais-tu, songeur. « Disons surtout que vous n'avez pas pris le train pour le bon cours. Certains traitent différemment du programme.. Mais là, je n'ai pas trop la possibilité de m'éloigner du programme de base. » Oui, parce que là, ça aurait été trop évident. Tu fronçais les sourcils, avant de reprendre.« Excusez moi, sans indiscretion, mais vous êtes en quelle spécialité ? J'ai l'impression de vous connaître, mais je n'arrive pas à savoir d'où ni comment. » Ou peut-être que tu faisais erreur, et que tu confondais avec quelqu'un qui lui ressemblait. Après tout, on a tous un sosie quelque part.
Revenir en haut Aller en bas
Caste un
avatar



- EMPLOI : Encore étudiant en médecine
- ETUDES : Médecine Psychiatrique
- LOGEMENT : Appartement étudiant
- ADJ : 26
- © : Kiwi.
- TES CREDITS : 162
- MESSAGES : 104
- DATE D'INSCRIPTION : 09/09/2018
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Jessie + The ghost you look like.   Lun 15 Oct - 12:18

Bon, il ne m’avait pas encore mit dehors, il m’avait simplement serré la main avant d’affirmer qu’il était toujours plaisant d’avoir l’avis de ses élèves, même si ces derniers n’étaient pas censé être là. Souriant timidement, quoi que ce soit plus de la gêne qu’autre chose, j’avais osé déplorer certains aspect de son programme, serrant très fort les dents pour ne pas finir avec l’Agence au cul, mais il sembla bien le prendre. Il n’avait pas la possibilité de s’éloigner de son programme, ce que je pouvais comprendre. L’Agence ne voulait sans doute pas autant de dissident dans ses rangs et un professeur étant censé être là pour formé de nouveau moutons, il ne pouvait sans doute prendre aucune liberté, ou très peu. Je rêvais vraiment de ce monde un peu plus primaires ou les libres penseurs ne seraient pas aussi durement jugé, je rêvais vraiment de ça, de trouver une machine à remonter dans le temps et de pouvoir enfin entendre les vérités sans filtres, ni manipulation. J’allais d’ailleurs m’en plaindre, histoire de savoir si d’un côté j’avais bien à faire à quelqu’un de confiance ou du moins d’assez ouvert pour accepter ce genre de discussion, mais aussi pour pouvoir en parler, j’avais tellement de question, d’avis à prendre sur tellement d’ouvrage que j’aurais rêvé de pouvoir échanger avec quelqu’un ayant un peu de culture. Et de la vrai culture, pas cette version pervertie et aseptisé que nous sortait l’Agence. Enfin bref, j’allais lui répondre, j’allais lui demander d’autres choses, mais il m’en empêcha, me demandant quelles études je suivais car il avait l’impression de me connaitre sans pour autant réussir à me replacer. J’étais un peu déçu dans un sens, parce que pour moi c’était presque évident qu’on ne se connaissait pas, sauf peut-être si il fréquentait certains bars. « Je suis en médecine, spécialisation Psychiatrie, mais… Enfin je suis encore externe et je sèche pas mal pour venir à vos cours… Si vous pouviez éviter de le signaler… », demandais-je lentement. Je traversais littéralement la fac pour venir ici, et jusqu’à présent je n’avais eu aucun ennuie et je préférais que cela continue comme ça, d’autant que c’était mes derniers mois à pouvoir profiter d’un peu de littérature.

« Après je ressemble vraiment beaucoup à mon frère, quoi qu’il ait cette tête de mec arrogant au dessus du monde alors que moi j’ai l’air débile. », repris-je avec un petit sourire. Je ne tâclais pas mon frère, du moins pas réellement. On avait pu parler, réellement, pour la première fois depuis longtemps et je n’avais plus la même animosité à son sujet, il avait simplement l’air d’un mec arrogant, c’était une évidence. « Mais il doit avoir votre âge, peut-être que vous avez été à la fac ensemble, il s’appelle James, il fait genre 1m90, il était en ingénierie, ou un truc comme ça, et il était toujours super soigné, un peu comme un gosse de riche parfait. », et là je me demandais sérieusement si j’étais pas en train de faire une connerie à parler de James, mais il semblait me confondre avec quelqu’un et ça n’arrivait qu’avec James. « Après je sais pas quel âge vous avez justement, mais il vient d’avoir trente ans et vous avez l’air d’avoir trente ans, du coup c’est l’hypothèse la plus probable. », ça et le fait que peut-être il avait vu James dans le seul bar gay qu’il n’ait jamais fréquenter de sa vie, mais ça serait genre, super bizarre et un sacré coup du destin. Mon frère ne voulait pas que ça s’ébruite et je n’allais clairement pas m’amuser à le dire à un prof de l’université. Pour moi, c’était de toute façon évident qu’ils se soient déjà croisé ici, j’imaginais mal James avoir une vie sociale et fréquenter des profs, car même si c’était un métier noble, c’était qu’un prof et je suppose que lui et Maya devait plus souvent côtoyer des médecins et avocat que des enseignants.

Maintenant que cette partie avait été éclaircie, il était tant de passer à la suite, « Mais sinon, en éloignant votre profession de la discussion et en parlant purement littérature et philosophie, vous conseillerez quoi comme livre vous ? Enfin si vous avez le droit de le dire et si ça froisse pas l’Agence ou vous mets dans le mal. », demandais-je un peu plus hésitant. Je rêvais d’avoir une discussion à peu prêt normal avec un humain, une discussion qui soit nourrissante d’un point de vu purement intellectuel. Je n’en pouvais plus de parler organes, sang et j’en passe, je voulais quelque chose qui soit réellement intéressant. Et j’allais peut-être me faire virer à continuer comme ça, après tout je ne le connaissais pas, mais j’avais un espoir un peu ridicule, celui qu’il comprenne ce que je voulais et avoir la possibilité de découvrir quelque chose de vraiment stimulant.  

_________________
Everything is  okay
This innocence is brilliant, I hope that it will stay, this moment is perfect, please don't go away, I need you now

Revenir en haut Aller en bas
Caste trois
avatar



- EMPLOI : Professeur de lettres/journalisme.
- ETUDES : Lettres
- LOGEMENT : District 3
- NEED TO KNOW : Vient du district 4, est monté en grade grâce à un diplôme.
A choisi de ne pas se coupler.
Accumule les histoires d'un soir avec toute sorte d'homme.
Sa mère est en prison pour s'être tournée contre l'agence.
Est en froid avec son père, et aussi un peu avec sa soeur.
- ADJ : 23
- COMPTES : Zachary Hansen
- DISPO RP : 3/7
- © : Junkiie777
- TES CREDITS : 93
- MESSAGES : 68
- DATE D'INSCRIPTION : 24/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur http://nochoices.forumactif.com/t268-marvin-free-mind-free-body http://nochoices.forumactif.com/t301-marvin-32-ans-professeur-de-lettres-journalisme-celibataire-qui-refuse-de-se-coupler http://nochoices.forumactif.com/t303-banque-electronique-de-marvin-harper
MessageSujet: Re: Jessie + The ghost you look like.   Lun 15 Oct - 23:38

C'était tellement valorisant d'avoir des élèves qui venaient malgré tout écouter ton cours, et puis, aussi, c'était enrichissant pour toi. T'avais des visions parfois plus facilement divergentes que ceux à qui tu enseignais depuis des années. Et ça permettait un véritable dialogue culturel. Même dans le cas de Jessie Garisson, qui était dans un cursus tellement éloigné que c'était presque étonnant de le voir là. « Je vois. On est bien loin des lettres, dans votre cursus. » Puis, tu lui lançais un regard entendu. C'était sûr, c'était certain, tu ne risquais pas de le balancer. Pour toi, à partir du moment où on était étudiant, et qu'on choisissait de partir sur autre chose, c'était une liberté. Liberté. Un mot sans aucun sens dans une société comme celle dans laquelle ils vivaient, régentés par l'Agence. Pourtant, le peu qu'ils avaient, c'était le choix de leurs décisions. Et ça te suffisait pour te dire, et leur dire également, que c'était leurs choix, et leurs problèmes. Toi, le tien, c'était de faire ton cours, d'essayer d'inculquer le plus subtilement une façon de pensée qui ne soit pas modelée par l'Agence, mais bien par eux-même. Le reste, ça les regardait entièrement.
Mais ce jeune homme, il y avait quelque chose d'autre qui te donnait l'impression de le connaître. Pas juste l'élève du fond de la classe qui n'était pas sur tes listes. Plutôt quelque chose qui te faisait tiquer, sans arriver à remettre quoi. Et t'étais sûr que tu l'avais déjà croisé en dehors des murs de l'université. Ou peut-être pas. Quand il avait commencé à décrire son frère, et qu'il avait donné son prénom, t'avais eu le cœur au bord des lèvres. Prêt à mourir de sa révélation, presque. Bordel t'avais le frère de l'homme qui hantait tes pensées dans ton cours. Finalement, ce n'était pas le fantôme de son souvenir que t'avais eu l'impression d'avoir dans ta classe à un moment donné, te faisant douter, et perdre le fil. Non, c'était le visage de James inscrit dans les traits de Jessie. Mais ça, il ne fallait pas que tu le montres. Tu tentais d'étirer tes lèvres dans un sourire. Bon sang, t'étais presque devenu doué à ce petit jeu, celui de l'illussion-presque-parfaite. Il fallait fichtrement bien te connaître pour se rendre compte de la supercherie. Bonne fortune, seule ta sœur faisait partie de la catégorie des gens qui pouvaient lire le véritable fond de tes expressions. « Oh, effectivement, je connais votre frère. Je l'ai rencontré quelques fois, notamment dans le cadre d'évènements organisés par l'agence..» où tu avais été juste pour collecter des informations. Dans le fond, ce n'était qu'un demi-mensonge. T'avais vu James de fois, pendant environs dix-huit heures. Même si la plus grande partie de votre "rencontre" n'était pas tout à fait dans un cadre toléré par l'agence, puisqu'il s'agissait de tromper sa femme. Mais ça, tu ne risquais pas de le prononcer à haute voix. Surtout depuis que tu le savais marié.
Puis, cette fois-ci, le sourire qui était sur tes lèvres devint plus franc. « Un petit peu plus de trente ans, mais c'est gentil. » Pour trois ans, t'allais pas faire de chichis.
Tu t'asseyais sur ton bureau, et posais les mains sur tes genoux, comme dans un geste de réflexion. « Il y en a tellement.. Si vous êtes intéressé, n'hésitez pas à regarder dans les archives, tout ce qui existait avant la création de l'agence, ou même dans les sociétés qui ne disposent pas d'un tel système.» tu souriais, toujours pensif, cherchant les noms des auteurs les plus frappants, et qui pourtant, avaient été publiés.« Vaneigem aussi est un très bon auteur, qui a publié des essais très parlants sur la liberté de soi, la liberté d'expression et la liberté de choix. Il dénonce clairement le système comme tel.... » Tu te frottais le jeans au niveau des genoux, avant de finalement conclure.« Après je peux vous faire une liste, si vous le souhaitez. Parce que tous les citer sans en oublier, c'est compliqué. Ne vous laissez pas prendre à la croyance populaire. Au fil des décennies, les auteurs se sont enchaînés, tous avec des idées présentées très librement par des procédés littéraires tellement différents qu'il est impossible pour quelqu'un qui ne connait pas les livres de les déceler. Et encore, même décelés, ces procédés sont si bien utilisés qu'ils laissent planer le doute. Prenez l'exemple de Julian Menard ! C'est un auteur qui ne s'est jamais laissé prendre. Il a du publier une bonne cinquantaine de livre avant de mourir. Et ce n'a été que des années plus tard que le doute a commencé à planer. Ah, croyez moi, ses héritiers ils ont eu de quoi faire. Toucher les revenus de ses oeuvres, et pourtant, a la moindre remise en question, ils se proclamaient contre les avancées de Menard. Ils sont vraiment pas bête, je vous le dis. » que tu disais, avant de planter ton regard dans le sien, et d'hocher la tête, comme pour appuyer tes dires. « Mais dites moi. Vous venez ici pour entendre ce genre d'informations ? Vous ne craignez pas qu'un jour, quelqu'un vous remarque ? » Tu disais ça, mais toi, vivre avec un risque, tu t'en fichais. T'avais pas d'attache. Pas grand chose à perdre d'autre que ta cafetière "anti-agence". Alors au pire, tu pouvais y aller. Mais lui, il semblait n'être encore qu'un enfant..
Revenir en haut Aller en bas
Caste un
avatar



- EMPLOI : Encore étudiant en médecine
- ETUDES : Médecine Psychiatrique
- LOGEMENT : Appartement étudiant
- ADJ : 26
- © : Kiwi.
- TES CREDITS : 162
- MESSAGES : 104
- DATE D'INSCRIPTION : 09/09/2018
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Jessie + The ghost you look like.   Mar 16 Oct - 14:16

Je traversais la moitié de l’université pour venir ici, il était évident que d’après l’Agence, je n’avais rien à faire ici. Quoi qu’il en soit il pensait me connaitre et à moins que l’on se soit déjà croisé ailleurs que dans les couloirs de la fac, il était davantage possible qu’il connaisse mon frère, après tout eux deux semblaient avoir sensiblement le même âge, ça ne serait donc pas étonnant. Lui exposant donc ce que je pensais être la vérité, il me répondit sans sourciller qu’en effet il connaissait mon frère, mais pas de la fac, uniquement de quelques rencontres fortuites au détour d’évènements mit en place par l’Agence. Ah, donc définitivement pas la fac, mais cette putain d’Agence une nouvelle fois. Il ne devait pas être si perdu que ça dans le fond, du moins pour avoir croiser mon frère plusieurs fois au détour d’évènement organisé par l’Agence. Préférant revenir à un sujet qui m’inspirait un peu plus, je lui posais davantage de question sur ce qu’il conseillerait si on voulait sortir des sentiers battus et presque aussitôt, il se laissa emporter. Ce mec était génial, très sincèrement. Il lisait entre les lignes, se permettait même de parler d’auteurs en faisant de même et le moins que l’on pouvait dire, c’était que je l’écoutais avec attention et ce jusqu’à ce qu’il ne s’inquiète des répercutions qu’il pourrait y avoir à chercher ainsi de nouvelles vérités.  Souriant timidement, je regardais le bureau ou il était assis, un peu plus conscient de la confiance que je pouvais lui porter, mais reconnaissant volontiers le danger qu’il pouvait y avoir à ça. « Je suis invisible aux yeux de beaucoup, sans intérêt et bien au de-là de ça, inapte à fréquenter un certain monde… », répondis-je en parlant de mes parents, de ma mère et de combien elle s’était assuré que personne ne prenne jamais la moindre de mes décisions au sérieux, « J’ai pas fait exactement les choix qu’on espérait que je fasse et je suis trop… Enfin je profite tant que je le peux encore, du coup lire un bouquin un peu limite ne sera sans doute pas le drame de l’année, enfin je suppose. Et pour l’Agence… J’ai l’impression qu’il est plus agréable de taper dans le fond du panier que dans ce qui est encore dans un arbre. », du coup à moins qu’on me balance, j’étais persuadé que je ne risquais rien, et même là… J’étais tellement lâche que je n’oserais sans doute pas aller au bout.

« Dites, vous savez ou il est possible d’avoir ces bouquins ? Enfin est-ce qu’il est possible de les avoir librement ou je vais devoir vider quelques greniers ? », demandais-je en pensant à tout ce que je pourrais lire et à combien le monde pourrait continuer à grandir. Rencontrer et avoir la chance de parler avec un prof de lettre était une chan… Fronçant légèrement les sourcils, je relevais les yeux vers lui, l’observant, un instant, comme si une réponse pouvait m’apparaitre aussi brusquement. Il était beau, genre vraiment et si je n’avais pas l’impression d’avoir comprit un truc, j’aurais clairement dit que les déliés que je devinais sous ses vêtements aurait pu m’occuper plus d’une nuit, mais le soucis c’était ça, j’avais l’impression de louper un truc, « Est-ce que vous êtes… » gay ? Non c’était pas une question à poser comme ça et puis pour le peut que je me trouve, j’allais passer pour un obsédé et je gagnerais peut-être juste le droit de me faire virer de son cours et j’aurais tout perdu. Lui demander si c’était lui aussi qui avait couché avec mon frère serait mal vu, déjà car ça voudrait dire que je savais que mon frère avait trompé sa femme et je ne voulais absolument pas qu’il arrive quoi que ce soit de ce genre à James. Lui mettre nos parents à dos ne serait pas une bonne idée, surtout en le sachant si perdu. Non et puis ils se connaissaient grâce à l’Agence, James n’aurait jamais rien fait sous le nez de l’Agence, il était perdu, mais pas stupide. Le regardant toujours, j’avais l’impression de m’enfoncer un peu plus dans une situation compliqué, je ne savais que ce que James m’avait dit et je ne connaissais que le nom de ce prof, Harper, il n’y avait rien pour m’aider là.

Et puis si il avait couché avec mon frère, je sais pas, il aurait du réagir aussi, j’étais son frère, il était littéralement en face de quelqu’un sachant qu’il était marié et je doutais que le mec avec qui il avait couché l’ignore lui aussi… Quoi que visiblement il n’avait même pas remarqué que c’était sa première fois, alors soit mon frère était hyper détendu avec l’idée de tromper Maya et coucher avec un mec pour la première fois, soit l’autre en avait réellement rien eu à foutre et… J’étais en train de faire des plans stupide sur quelque chose qui ne s’était peut-être même pas produit avec lui. Soufflant un grand coup, je souriais un peu maladroitement avant de demander, « Je suppose que vos élèves le savent déjà, mais vous vous appelez comment ? Enfin pour moi vous êtes monsieur Harper, mais vu de quoi on parle… », il pouvait y avoir un milliard de sens derrière tout ça et j’étais peut-être totalement con de vouloir savoir absolument quelque chose, mais autant jouer la carte que j’abattais le plus facilement, celle du jeune adulte un peu maladroit. J’étais maladroit, qu’on se mette d’accord, mais là il était question de James, « C’est pas pour balancer quoi que ce soit et c’est pas non plus des avance, même si j’ai dit juste avant que je profitais de la vie ! Je comptais pas tout faire pour coucher avec vous, déjà car je sais absolument pas si je suis votre genre et en plus j’ai déjà plus ou moins quelqu’un dans ma vie, enfin du moins jusqu’à ce que l’Agence me mari, mais pas de quiproquo, même si vous faites trente ans et que vous êtes pas mal, on a toujours dix ans d’écart et ça peut être glauque. », fermant les yeux en baissant la tête, je prenais une large inspiration, comme pour essayer de me reprendre. Si ce mec n’était absolument pas celui de James, j’allais passer pour le plus grand des cons. Y’avait pas de hasard aussi improbable dans la vie. J’étais juste purement parano. Et puis le mec dont m'avait parlé James était du genre expéditif non ? Là, lui, il prenait le temps de me répondre.  

_________________
Everything is  okay
This innocence is brilliant, I hope that it will stay, this moment is perfect, please don't go away, I need you now

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Jessie + The ghost you look like.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jessie + The ghost you look like.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Elizabeth - Jessie
» Jessie Sanders (Gryffondor)
» GHOST ISLAND
» Vous avez lu l'histoire de Jessie James? - Clyde's links
» Animation Ghost Stories

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No choices :: Welcome to Heaven :: District three-
Poster un nouveau sujet   Sauter vers: